mars 2013: la revue « Silence » et l’arret immédiat

La critique du livre par Marie-Pierre Nadjan:

Un exposé clair et méthodique prouvant la possibilité technique d’arrêter en quatre ans toutes les centrales françaises, en recourant à la sobriété et, momentanément au charbon. Nos centrales thermiques sont sous-utilisées et ça ne produirait que peu de gaz à effet de serre comparé au pétrole. Un rapport de force politique est évidemment nécessaire. Pour y parvenir, ce livre est un argument de poids, ajouté à l’exemple actuel du Japon. Après l’arrêt, il nous restera encore à démanteler les sites et à gérer les déchets,, autant de sources de catastrophes dont nous ne serons pas quittes : raison de plus pour, déjà, en finir au plus vite avec l’activité des centrales !

et plus loin dans un autre article intitulé: « sortir vite c’est recourir aux centrales thermiques? »

• Jean-Luc Pasquinet et Pierre Lucot rappellent qu’aux côtés de Roger et Bella Belbéoch, ils préconisent une sortie rapide depuis 1993. Cette décision ne peut être prisé politiquement
que dans deux cas: après une catastrophe ou en réponse à la demande d’une majorité de la population. Pour eux, techniquement, « il faut construire d’autres centrales thermiques fossiles, développer le renouvelable et l’efficacité, et promouvoir la sobriété ». Les compagnies électriques japonaises n’ont mis que 9 mois pour mettre en route des centrales au gaz. « Le nucléaire ne constituant que 2 % de la consommation primaire d’énergie dans le monde, son remplacement par du gaz ou du charbon ne générerait que très peu de gaz a effet de serre supplémentaire. Pour réduire efficacement les émissions, mieux vaut s’attaquer au pétrole et à son monde. » Eux aussi soulignent le risque social d’un arrêt brutal dû à un accident : « La solidarité devra être de mise quand on sait que les 30 % de logements chauffés à l’électricité sont souvent ceux des plus démunis« .. Ils interpellent les militants antinucléaires: il faut une « révolution culturelle » pour éviter la catastrophe que laisse possible une sortie trop progressive.

Une raison de plus (s’il en était besoin) pour soutenir la revue « Silence » !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s